Hello tout le monde !

Ici Taka pour une rapide introduction histoire de vous présenter un peu le concept de cet article. Comme je vous en parlais dans un récap’ il y a plusieurs semaines, Light et moi avons régulièrement participé à la création d’articles, qu’il s’agisse de critiques ou autres, sur le site Anime no Sekai (devenu par la suite Okachi puis Myutaku). Sans aller plus loin dans les détails, nous avons finalement décidé de poursuivre notre chemin à l’écart de ce projet et… nous voici donc, ici, là où nous avons un espace d’expression. À cette occasion, nous vous proposons donc une réflexion sur les openings d’animés et je laisse la parole à mon collègue Api qui est à l’origine de cet édito.

Si vous avez déjà regardé un épisode d’animé, vous serez sans doute familier avec le concept d’opening, ces petits segments d’une minute trente en général qui servent à indiquer qui sont les créateurs derrière l’animé en question. Mais outre leur aspect pratique, les openings sont souvent adorés par de nombreux fans pour leurs qualités visuelles ou musicales. Toutefois, tout comme il est difficile de dire ce qui fait une bonne série, définir un bon opening n’est pas chose facile. Qu’il ouvre la série en excitant le spectateur. Qu’il se montre original. Que le visuel soit en parfaite symbiose avec la musique. Que la musique et l’animation soient dans le thème de l’animé. Que les paroles aient un sens par rapport à l’animé. Que le visuel raconte quelque chose. Que la musique nous reste en tête. Qu’il soit un parfait condensé de l’expérience d’un épisode. Il peut être apprécié pour tout un tas de raisons différentes. Avec les membres de la Yarashii et d’Anime no Sekai, nous nous sommes creusé la tête pour trouver les openings qui représentaient le mieux ces idées, et nous vous proposons maintenant notre sélection.

 

La sélection de Light

Ceux qui me connaissent un peu savent l’importance que j’accorde aux musiques dans une œuvre audiovisuelle et, même si les génériques ne sont que des segments courts de chaque épisode, il en va de même pour eux. Et je préfère le dire tout de suite : je n’ai qu’un seul critère ici, la mélodie. Bien qu’il s’agisse de partitions accompagnant des images, je ne prête guère attention à ces dernières, tout concentré que je suis sur la partie audio. Je ne jugerai donc pas la qualité des séquences animées correspondantes, mais bel et bien la chanson associée uniquement. Les morceaux ci-dessous ne sont nullement triés selon ma préférence, je les aime autant les uns par rapport aux autres.

Detective Conan – Revive de Mai Kuraki

Mon premier choix que je vous propose dans cet article est aussi le plus ancien. Il s’agit du 25e générique d’ouverture du célébrissime animé « Détective Conan », chanté par Mai Kuraki (détentrice du record de génériques interprétés pour un seul animé, oui, oui). En effet, fut un temps où je suivais assez fidèlement l’adaptation, et cette époque englobe la date de diffusion dudit générique. À mes yeux, il s’agit des meilleurs arcs (bien que je date, maintenant), et les génériques de cette période étaient excellents (je te salue, Ai ha Kurayami no Naka de). Mais si je devais en distinguer un, ce serait celui-là, au travers d’une mélodie très rythmée et prenante, bercée de sonorités hispaniques. Une chanson que je ne me lasse pas d’écouter depuis maintenant un bon paquet d’années.

Selector Infected WIXOSS – Killy killy JOKER de Kanon Wakeshima

Mon deuxième choix est un peu plus récent, et combine à la fois une artiste célèbre sur une œuvre relativement méconnue. Je l’avoue, j’ai un faible pour l’entièreté des animés Wixoss, et les génériques d’ouverture de la première partie, englobant Infected, Spread et Destructed, sont tout bonnement formidables. Tous chantés par Kanon Wakeshima, ils offrent un rythme pêchu mâtiné d’un certain malaise et d’une petite dose de désespoir, ce qui illustre parfaitement Wixoss. Là encore, sur les trois génériques, je choisis de mettre en avant le premier d’entre eux, qui emporte de peu ma préférence. Quel dommage de ne pas avoir fait appel à elle de nouveau pour le second segment, comprenant Incited et Conflated.

Princess Principal – The Other Side of the Wall de Void_Chords feat.MARU et Ryo Takahashi

Mon dernier choix de cet article est encore plus récent, puisqu’il remonte à 2017. Une année fertile en très bons génériques (coucou, Re:Creators), mais si je devais n’en garder qu’un, ce serait bien celui-là. Servant de générique d’ouverture au très bon Princess Principal (dont l’excellente BO fut composée par Mme Yuki Kajiura, je ne peux m’empêcher de le rappeler), il s’insère parfaitement dans le ton de la série. Écrit par un compositeur assez nouveau dans le milieu (ayant officié sur Citrus ou encore Classroom of the Elite), la mélodie est extrêmement percutante et entraîne l’auditeur dès les premières mesures. Interprétée entièrement en anglais par une artiste employée à ce jour uniquement sur cet animé, MARU, sa voix puissante et son timbre grave se marient fort bien à la partition et l’ensemble est d’une remarquable solidité.

 

La sélection de Fallen

Mon choix s’est fait avec beaucoup de difficulté. Après mûre réflexion, je me suis rendu compte que la quasi totalité des OST qui m’ont le plus marqué sont des endings, et que pour ce qui est des openings, cela reste plutôt occasionnel. Et même malgré cela, un classement est difficile à faire. Finalement, j’ai pu en dégager 3 avec chacun leur thématique personnelle.

Goblin Slayer – Rightfully de Mili

Pour ma partie, on commence avec un animé très récent, Goblin Slayer, dont l’opening est interprété par le groupe Mili. Plusieurs points m’ont fait retenir celui-ci : en premier lieu le groupe, Mili, que je suis personnellement depuis de nombreuses années et qui jusqu’à maintenant a toujours réussi à me transporter avec leurs musiques et leur style atypique. Étant habitué à des sonorités assez douces avec eux, les voir annoncés pour la composition de la musique de Goblin Slayer m’a tout de suite posé dans un dilemme sentimental : voir un groupe que j’affectionne enfin interpréter son tout premier générique d’animé, et avoir certaines craintes quant au fait qu’ils arriveraient ou non à faire ressentir la violence et la noirceur de Goblin Slayer dans leur musique. Pour le coup, ce fut un pari réussi et avec grand succès.

Domestic Girlfriend : Love X Dilema – Kawaki wo ameku de Minami

Un nouvel opening très récent, puisqu’il s’agit d’une série toujours en cours de diffusion que je suis avec beaucoup d’attention. Ce choix a été assez expéditif et totalement imprévu étant donné que je ne l’ai découvert que la veille de la rédaction de cet article. Mais pourquoi le noter quand même ? Que ce soit l’animé ou la musique en elle-même, tout me semble être extrêmement similaire à Kuzu no Honkai, qui est l’œuvre ayant le plus marqué ma vie, ma vision du monde et qui figure à la première place de mon top de mes animés préférés ever. Non seulement j’ai pu y découvrir une nouvelle artiste dont je suis directement tombé amoureux, Minami, mais en plus cela me procure des sentiments aussi forts que pour Kuzu no Honkai avec toutes ses symboliques.

Heroic Age – Gravitation de Angela

Pour le dernier, on va partir 12 ans en arrière. Produit par le studio XEBEC en 2007, Heroic Age est le tout premier animé Mecha que j’ai pu voir dans ma vie et sans doute celui qui m’a le plus fait voyager. Une magnifique odyssée spatiale qui restera à jamais gravée en moi de par sa beauté et son message, et la simple écoute de son opening, interprété par ANGELA, me fait remonter des souvenirs de cette incroyable aventure.

 

La sélection de Yosuke

Higurashi – Naraku No Hana de Eiko Shinamiya

Je suis un grand fan de la licence Higurashi, alors évidemment que ce soit le VN ou l’adaptation anime par Studio DEEN, les deux formats m’ont plu. Et quand je pense à la musique, la première chose qui me vient en tête est évidemment l’opening deux de la série animée : Naraku No Hana d’Eiko Shimamiya. Après un premier opening retranscrivant le côté horreur/psychologique de la licence, ce second opening se révèle mélancolique, à l’image de la partie qu’il aborde. Il démarre sur un plan de Rika (le personnage principal de cette partie) et de Hanyū, la musique accompagnant leur détresse, le tout agrémenté de brefs flashs pour nous montrer les différents protagonistes de la série. On ressent la souffrance que contient Rika tout au long de ce premier couplet. Pour ceux qui ont vu la série, on sait que ce personnage a énormément souffert en gardant tout pour elle, en cela l’opening marche à merveille. Puis se lance le refrain avec l’explosion de Rika qui cette fois libère toute sa souffrance en courant pour s’évader, se sauver. Par ailleurs, nous avons également la présentation subtile de l’excellent antagoniste de la série. Sans nous spoiler son identité, l’opening parvient efficacement à nous présenter le personnage, et si on connaît les événements, c’est encore plus marquant. C’est donc pour toutes ces raisons que l’opening de Higurashi no Naku Koro Ni Kai fait partie de mes préférés.

Umineko – Katayoku no tori de Shikata Akiko

Tout comme Higurashi, je suis un gros fan de la licence Umineko, et même si l’anime ne m’a pas énormément emballé, pour l’opening c’est autre chose. Je n’ai pas grand-chose à dire sur cet opening, mais si je devais le décrire en un mot, ce serait : puissant. Dans la première partie très orchestrale avec une chorale puissante lors de la présentation des différents membres de la famille, on sent la rivalité, le duel entre eux pour l’héritage. Puis, une fois que le refrain démarre, la musique laisse place à une ambiance mélancolique avec Beatrice qui semble pleine de détresse. On voit d’autres personnages dans cette situation, mais je n’en dirais pas plus pour éviter les spoils. Le tout finissant avec de nouveau cette chorale qui revient pour montrer ce duel entre Battler et Beatrice. C’est assez complexe de vous décrire en quoi cet opening est grandiose, c’est pourquoi je vous conseille fortement de l’écouter et de constater par vous-même sa qualité.

Naruto Shippuden – Blue bird de Ikimono gakari

Naruto, l’œuvre de mon enfance, l’un des animes qui m’auront fait découvrir et aimer l’animation japonaise et les mangas, je me devais de mettre l’un de ces openings et j’ai finalement choisi l’opening trois de Naruto Shippuden, Blue Bird. Alors ça va être compliqué d’être objectif et pertinent sur lui, tout simplement parce que c’est la nostalgie qui va parler. Mais déjà le tout début avec l’opposition entre Naruto et Sasuke, toute la symbolique autour et les émotions dégagées. S’ensuit une présentation efficace des différents protagonistes avant le refrain, revoir les personnages de l’œuvre me procure toujours autant de plaisir. On a deux versions pour cet opening, l’une pour le hors-série avec Sora et l’autre pour l’arc avec Hidan et Kakuzu de l’Akatsuki. J’ai une légère préférence pour la première, les images collent mieux avec la musique. On a des plans très sympathiques avec le père de Naruto, très mystérieux à ce moment-là de l’anime. Puis cette fin avec les membres de l’Akatsuki et enfin Sasuke avec Orochimaru et Kabuto. Rien que pour le thème musical vous devez écouter/regarder cet opening culte de Naruto.

 

La sélection de Taka

Un « bon » opening, pour moi, c’est quoi ? J’ai eu du mal à simplement répondre à cette question et réunir quelques challengers. Mais je crois avoir trouvé ma réponse. Je pense avoir besoin de deux éléments importants. Tout d’abord, la série à laquelle le générique appartient doit m’avoir marqué, pour une raison ou pour une autre. Les titres qui vont suivre viennent tous de séries que j’ai adorées. L’autre raison, c’est qu’ils doivent me venir naturellement dès que je pense « opening ». En consultant mon AnimeList, j’ai constaté que j’en appréciais beaucoup, mais ils ne m’étaient pas revenus à la simple évocation de cet article, contrairement aux titres qui vont suivre. D’autres ont été écartés, parce qu’il fallait bien faire un choix. En revanche, mes avis étant très (trop ?) développés, je vous laisse une brève introduction et le reste sera en spoiler.

Cowboy Bebop – Tank! par The Seatbelts

Il est LE premier qui me vient en tête quand on me parle d’opening. C’est probablement la séquence la plus marquante à mes yeux. Et probablement l’une des plus marginales de la japanimation. Pourquoi ? Déjà, l’absence de paroles, assez rare dans l’exercice.

I think it’s time to blow this scene
Get everybody and the stuff together
OK, 3, 2, 1, let’s jam!

Alerte spoiler !: Avis complet SélectionnerMontrer

 

Yuri on ICE!!! – History Maker par Dean Fujioka
Version 2

Ce n’est pas un des premiers génériques auxquels j’ai pensé. Ni même un que je connais depuis longtemps et pour lequel je ressens une certaine forme de nostalgie. Pour autant, cette séquence m’a suffisamment marqué pour que je m’en souvienne. Et le simple fait de m’en souvenir m’a rappelé à quel point je l’avais appréciée, en voici les raisons.

Alerte spoiler !: Avis complet SélectionnerMontrer

 

JoJo’s Bizarre Adventures – JoJo – Sono Chi no Kioku: end of THE WORLD par JO☆STARS (Hiroaki TOMMY Tominaga, Coda, Jin Hashimoto)
Version 2 (spoiler)
Version 3 (spoiler)

Enfin une séquence un peu différente ! Cette fois, on revient à quelque chose de plus classique. Présentation des personnages, de certains lieux de l’action, dans un style bien plus habituel que l’on peut retrouver dans certains « shônen ». Pour autant, ce générique évite la plupart des codes que l’on peut voir habituellement, de manière assez subtile. D’abord, le reboot de la franchise JoJo par David Production fait les choses bien depuis 2012. Que ce soit musicalement ou visuellement, chaque générique est très travaillé. Mais plusieurs choses me font dire que ce 4e est le plus abouti (au moins jusqu’à la fin de la partie 3, Stardust Crusaders).

Alerte spoiler !: Avis complet SélectionnerMontrer

 

La sélection d’Api

En ce qui me concerne, je pense qu’un opening tellement viral qu’il en devient une pub pour sa série peut être considéré comme bon. Cela dit, si je devais m’en tenir à l’essentiel, un bon opening c’est avant tout une symbiose entre musique et visuel. Bien sûr, musique et visuel doivent aussi être en accord avec le ton de la série, tout en posant l’ambiance, l’univers et les personnages de celle-ci. On ne peut donc dire si un tel opening est bon ou pas qu’en ayant vu la série. Enfin, je considère que ceux qui se distinguent encore plus du lot sont ces openings qui se présentent comme un épisode condensé en une minute trente, l’idéal pour se faire une idée de la série en question.

Baka to Test – Renai Koujou committee de Natsuko Asô

On pose le contexte dès les premières secondes avec la cloche de l’école et les chibis à l’image de leurs propriétaires. S’ensuit une présentation successive des différents personnages et de leur trait le plus caractéristique. Hideyoshi travesti en fille, la jalousie de Minami et Mizuki, l’amour très possessif de Shôko envers Yûji, Kôta en pleine séance photo… Pour bien intégrer les relations entre les personnages, un schéma montre les liens entre les uns et les autres assorti d’un petit « HELP » de Yûji aux prises avec Shôko, avant que tous les mecs en adoration devant Hideyoshi se montrent jaloux du succès de Akihisa. La musique part alors en rythme avec cette course effrénée qui débute tandis que l’on termine de présenter les personnages secondaires.

Just Because – over and over de Nagi Yanagi

Eita repense à Mio, alors qu’il s’apprête à revenir en ville et bousculer la situation initiale. Chaque personnage observe alors son intérêt amoureux tandis que le quotidien file autour d’eux. C’est ensuite l’occasion de les voir dans leur cadre respectif, les études occupant une place importante, de même que le baseball. On constate qu’Ena est à l’écart puisqu’elle va s’intercaler entre ces moments pour les photographier. S’ensuit une succession de scènes clés de la série qui prendront leur sens à la fin de celle-ci. L’opening se conclue sur les deux protagonistes qui s’observent et se décident finalement à faire un pas l’un vers l’autre, témoignant leur intérêt respectif.

Kono suba – TOMORROW de Machico

On a juste le temps de voir arriver les héros à la guilde qu’ils repartent aussitôt pour une quête. Les designs tordus des personnages soulignent le côté bancal de leur équipe alors qu’ils se mettent à trébucher tous ensemble. Directement, Darkness s’impose comme la plus endurante du groupe, alors que les autres ne peuvent que constater qu’ils sont déjà fatigués après avoir quitté la ville depuis tout juste quelques minutes. Kazuma démontre ensuite sa maladresse en se prenant son épée sur la tête alors qu’il voulait se vanter de son habileté. Aqua utilise ses pouvoirs de soin tout en continuant de se moquer de lui, avant qu’elle se fasse avaler et que tout le monde finisse recouvert de bave. Darkness laisse déjà transparaitre son caractère masochiste tandis qu’elle est la seule à apprécier la situation. Enfin face à l’objet de leur quête, leurs têtes déformées donnent un style cartoonesque au petit groupe. Encore une fois, Darkness est la seule à se réjouir de trouver une idée aussi folle. Kazuma et Aqua sont en panique totale alors que Megumi reste concentrée et utilise son sort d’explosion pour ralentir leur chute grâce au voile d’Aqua. Ils finissent dans la bonne humeur, en festoyant à la guilde, après une mission qu’ils ont réussi tant bien que mal.

 

Un bon opening peut revêtir différentes formes, ce qui explique que chacun ait des choix si différents. Cela dit, l’essentiel est sans doute qu’il plaise aux spectateurs, au bout du compte. Alors, si on vous posait la question, quels seraient pour vous d’excellents openings d’animes ?

7 COMMENTAIRES

  1. Mili et Minami c’est validé à l’infini ! Je les aussi découvert récemment mais ils sont directement passés en top position au niveau musical

  2. Merci pour l’édito et les liens, ça me permet d’écouter et de visualiser le générique pendant que je lis le paragraphe qui lui est destiné !

    Pour ma part, et désolé d’avance si mon explication est maladroite.

    S’il y a quelque chose que j’adore dans les openings, c’est le type qui va s’adapter et modifier quelques détails au fur et à mesure que l’intrigue avance.
    L’exemple le plus récent que j’ai pu trouver est Release the Spyce !
    Je vous laisse écouter les deux versions du même générique pour savoir de quoi je parle 😉
    Release the Spyce OP (BD ver.)
    Release the Spyce OPv3
    Les détails qui changent se trouvent dans la séquence 0:30 à 0:58 !
    J’ai l’impression que c’est une récompense pour ceux qui visionnent les génériques de chaque épisode !

    Après, voici les openings qui m’ont marqué :

    Kami Nomi zo Shiru Sekai S2 OP

    Little Busters! Refrain OP
    Visuellement, on voit qu’on passe aux choses sérieuses, fini de jouer. Tous les personnages arborent une expression qu’ils n’ont pas l’habitude de montrer.

    Full Metal Alchemist Brotherhood OP 3

    Hibike! Euphonium OP

    Mentions spéciales :
    Boku no Hero Academia S3 OP 1
    Visuellement et musicalement parlant, c’est du lourd, j’ai un faible pour les séquences où un personnage se met en rogne, comme par exemple All Might à 1:10.

    • Les openings qui évoluent au cours de la série, c’est une tendance qu’on retrouve de plus en plus, j’ai l’impression. C’est un bon moyen d’intégrer par la suite des éléments/personnages qui auraient spoilé s’ils avaient été montrés trop tôt ou carrément de renouveler des séquences pour s’éviter de changer d’opening trop vite (style SAO cette saison).

  3. Personne n’a parlé de l’openning de God Eater… 😭😭… perso, un des meilleurs pour moi, musicalement parlant.

    • C’est toujours difficile de juger de la musique tant c’est quelque chose de subjectif. Après, comme je n’ai pas vu God Eater, je ne pourrais pas dire si l’opening est pertinent ou non, mais visuellement il semble avoir pas mal d’idées, même s’il reste assez classique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici